Le Fondateur

B-P – Chef Scout du Monde

Lord Robert Baden-Powell of Gilwell (1857-1941), soldat décoré pour son mérite, était aussi un artiste de talent, un acteur et un libre penseur. Mieux connu, au cours de sa carrière militaire, comme l’ardent défenseur de la petite ville de Mafeking en Afrique du Sud pendant la guerre des Boers, il jouit par la suite d’une extraordinaire renommée en tant que fondateur du Scoutisme.

L’HOMME

B-P n’avait que trois ans lorsque son père mourut laissant la famille sans trop grandes ressources. Il reçut une bourse qui lui permit d’entrer à l’école de Charterhouse à Londres. Cette école fut déplacée par la suite à Godalming dans le Surrey, un facteur décisif pour la suite de sa vie.

Il était avide d’apprendre: il jouait du piano, du violon. A Charterhouse, il commença à explorer et à jouer le pionnier dans les bois.

A l’insu de ses professeurs, B-P se glissait dans la forêt toute proche de l’école où il chassait des lapins qu’il faisait cuire en prenant garde que la fumée ne trahisse sa cachette. De même pendant les vacances avec ses frères, il était avide d’aventure. Ils firent un jour une croisière en bateau le long de la côte sud de l’Angleterre et une autre fois, ils remontèrent la Tamise en canoë jusqu’à sa source. Au cours de ces expéditions, Baden-Powell s’initiait aux méthodes qui lui furent si utiles dans sa carrière.

B-P ne montrait cependant pas autant d’intérêt pour les études. Pourtant il obtint la seconde place, devant plusieurs centaines de candidats, du concours d’entrée à l’armée. Il fut immédiatement affecté à un régiment de cavalerie, le 13e Hussards, et fut dispensé de suivre les stages de l’école d’officiers.

LE MILITAIRE

Jeune officier, il fut affecté en 1876 à l’armée des Indes où il se spécialisa dans le scouting, la reconnaissance et le relevé topographique. Son succès lui valut bientôt d’être promu instructeur. Pour l’époque, les méthodes de B-P étaient plutôt non conformistes: il formait de petites unités ou patrouilles, chacune sous les ordres d’un chef, et attribuait aux plus méritants un insigne dont le dessin s’inspirait du point nord de la boussole, très similaire à ce qui devait devenir le badge du Scoutisme Mondial.

Il fut stationné par la suite aux Balkans, en Afrique du Sud et à Malte. En Afrique du Sud, il défendit Mafeking assiégée pendant 217 jours au début de la guerre des Boers. Ce siège se révéla un test crucial pour les méthodes de B-P qui deviendront le Scoutisme. B-P fut fortement impressioné par le courage et l’aptitude des jeunes garçons-messagers, et en Angleterre, on était fasciné par ses exploits.

A son retour, en 1903, il était devenu un héros national. Le petit livre qu’il avait écrit à l’intention des soldats, “Aids to Scouting”, était utilisé par des responsables de jeunesse et des enseignants dans tout le pays pour apprendre aux enfants l’observation et la vie dans les bois.

Il prit la parole dans de nombreuses manifestations et rallyes; lors d’un rassemblement des Boys’ Brigade (une organisation de jeunesse en Angleterre), leur fondateur, Sir William Smith, lui demanda d’élaborer un projet offrant plus de diversité pour l’éducation civique des garçons.

LES DEBUTS DU MOUVEMENT

B-P se mit à récrire “Aids to Scouting”, cette fois-ci pour une audience plus jeunes. En 1907, il organisa un camp expérimental sur l’île de Brownsea, dans le Dorset, afin de mettre ses idées en pratique. Il invita 22 garçons, certains venus d’écoles privées et d’autres de toutes les couches de la société, à participer au camp placé sous sa responsabilité. Aujourd’hui, le monde entier connaît le résultat de cette entreprise.

“Eclaireurs” fut publié en 1908 en six brochures à raison d’une brochure par quinzaine. Le succès ne se fit pas attendre. Les jeunes s’organisèrent en patrouilles scoutes pour expérimenter sa méthode et ce qui était destiné à des organisations de jeunesse déjà existantes devint le manuel d’un nouveau Mouvement mondial. Avec son sens pédagogique très développé, B-P avait saisi quelque chose de fondamental pour les jeunes de son pays et du monde entier. “Eclaireurs” a depuis été traduit en plus de 35 langues.

Le plus naturellement du monde et de manière spontanée, les garçons se rassemblèrent et formèrent des troupes d’éclaireurs dans tout le pays. En septembre 1908, B-P ouvrit un bureau pour répondre aux nombreuses demandes de renseignements qui ne cessaient d’affluer.

Le Scoutisme se répandit rapidement dans tout l’Empire britannique et dans la quasi totalité des pays du monde.

En 1910, âgé de 53 ans, il quitta l’armée pour se consacrer entièrement au Mouvement scout.

Il consacra dès lors tout son enthousiasme et son énergie au développement du Scoutisme et du Guidisme (le Mouvement féminin fut fondé en 1909, après que des filles qui avaient participé au premier rallye scout à Crystal Palace à Londres aient demandé à B-P comment elles pourraient elles aussi adhérer au Mouvement scout), voyageant dans le monde entier, au gré des besoins, pour promouvoir le Mouvement et communiquer sa foi.

En 1912, il épousa Olave Soames qui soutint son mari avec ferveur et l’aida jusqu’au bout dans son travail. Ils eurent trois enfants: Peter, Heather et Betty. Lady Olave Baden-Powell fut plus tard reconnue comme la Chef Guide du monde.

CHEF SCOUT DU MONDE

Le premier Jamboree iscout nternational eut lieu en 1920 à Olympia, dans la capitale britannique. Lors de la cérémonie de clôture, B-P fut proclamé à l’unanimité Chef Scout du monde.

Lors du 3e Jamboree mondial, qui eut lieu à Arrowe Park, à Birkenhead (Angleterre), le Prince de Galles annonça que B-P allait être anobli par S.M. le Roi – une nouvelle qui fut reçue avec ovation. B-P prit le titre de Lord Baden-Powell of Gilwell, du nom du centre international de formation pour les éducateurs scouts qu’il avait créé.

En 1938, sa santé se détériorant, B-P retourna en Afrique, une terre qui avait tant compté dans sa vie, où il vécut une semi-retraite à Nyeri, au Kenya. Même là-bas, il avait de la difficulté à modérer ses activités et continua à écrire de nombreux livres et à dessiner.

B-P s’éteignit le 8 janvier 1941 à l’âge de 83 ans. Il est enterré en toute simplicité à Nyerri d’où l’on peut apercevoir à l’horizon, le Mont Kenya. Sur sa tombe on peut lire ces quelques mots: “Robert Baden-Powell, Chef Scout du monde” surmontés des emblèmes scout et guide. Lady Olave Baden-Powell poursuivit l’œuvre de son mari jusqu’à sa mort en 1977, contribuant au développement du Scoutisme et du Guidisme dans le monde entier. Elle repose à Nyeri auprès de Lord Baden-Powell.

Père Jacques Sevin sj, fondateur du Scoutisme catholique

Baden-Powell a dit de Jacques Sevin : « Il a fait la meilleure réalisation de ma propre pensée». Co-fondateur des Scouts de France, le jésuite Jacques Sevin partageait avec le fondateur du Mouvement Scout le même sens de l’humour, et des dons artistiques réels pour le chant, le dessin et l’animation théâtrale.

Né à Lille en 1882, il rentre chez les Jésuites en 1900. Il sera ordonné prêtre en 1914. Passionné par la pédagogie scoute naissante, il rencontre Baden-Powell en 1913 et rédige son maître-livre, Le scoutisme, étude documentaire et applications. Il suivra BP dans les cours de Gilwell et adaptera le fameux cours en Français. Progressivement, il met en place cette pédagogie, si décriée dans les milieux ecclésiastiques de l’époque.

C’est en 1920 qu’à partir du projet et des idées de Jacques Sevin, se fonde officiellement le scoutisme catholique en France sous le nom de : Scouts de France. Le succès est immédiat. L’éducation à la débrouillardise, la responsabilité, l’engagement, la découverte de la nature séduisent les jeunes. Il est aussi l’auteur de la prière scoute que des millions de scouts catholiques à travers le monde, récitent ensemble « Seigneur Jésus, apprenez-nous à être généreux… »

De ce mouvement d’éducation naît une spiritualité scoute à l’origine de la congrégation de la Sainte Croix de Jérusalem en 1944 qui plonge ses racines dans la spiritualité du Carmel, de Saint Ignace de Loyola et du scoutisme. La cause de béatification de Jacques Sevin a été ouverte à Rome.

(Textes adaptés à partir du site www.scout.org sous la licence publique Creative Commons. Réutilisable sous les mêmes conditions)